Farhat Hached, un grand homme

Posté par sondagetunisie le 5 décembre 2007

05 Décembre 1952 

Farhat Hached (فرحات حشاد), né le 2 février 1914 à El Abbassia (Kerkennah) et décédé le 5 décembre 1952 près de Radès, est un homme politique et syndicaliste tunisien. Il est l’un des principaux chefs de file du mouvement indépendantiste aux côtés d’Habib Bourguiba et de Salah Ben Youssef.

Dès novembre 1944, Hached prend l’initiative, avec d’autres syndicalistes tunisiens, de fonder un syndicat tunisien autonome. Il commence par l’Union des syndicats libres du Sud, fixant comme priorité la justice sociale, l’égalité entre les travailleurs tunisiens et leurs homologues français et l’indépendance nationale. À Tunis, il crée, en 1945, l’Union des syndicats indépendants du Nord et la Fédération générale des fonctionnaires. Le 20 janvier 1946, le congrès constitutif d’une organisation commune groupant les syndicats autonomes du Nord et du Sud et la Fédération générale tunisienne du travail crée l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Hached est élu à l’unanimité comme secrétaire général de la nouvelle centrale. Il a alors 30 ans.

Il devient alors l’homme à abattre en raison du danger qu’il représente pour les intérêts de la colonisation en Tunisie et en Afrique du Nord en général. Dès le mois d’octobre, des officines diverses au sein des services secrets français commencent à étudier divers plans : son éloignement du territoire tunisien, son emprisonnement, sa mise en résidence surveillée voire son assassinat. Pendant ce temps, il fait l’objet d’une surveillance permanente et les menaces se multiplient à travers des tracts signés de l’organisation colonialiste La Main rouge.

Le matin du 5 décembre 1952, une opération de guet-apens hautement organisée en moyens humains et logistiques est exécutée pour éliminer « ce trublion ennemi de la France ».

 

Notre pensée va à ce grand homme

 

Autre dates importantes du moi:
23 décembre 1993 : Les députés adoptent un amendement du code électoral pour permettre aux représentants de l’opposition de faire leur entrée à la Chambre des députés.

27 décembre 1983 : Des émeutes, provoquées par le doublement des prix du pain et des produits céréaliers, éclatent à travers le pays. Le gouvernement déclare l’état d’urgence le 3 janvier, impose un couvre-feu alors que les émeutes touchent Tunis et Sfax, ferme les écoles, interdit tout rassemblement de plus de trois personnes puis positionne des tanks dans les rues de la capitale. Au terme des émeutes, l’augmentation des prix ayant été annulée, le bilan est officiellement de 70 morts. Un rapport gouvernemental, publié en avril, dénonce la négligence et la corruption des patrons de la sécurité nationale et accuse le ministre Driss Guiga, démis après les émeutes, d’avoir exploité les violences à des fins politiques.
Jughurtha

Publié dans Date mémorable du mois | Pas de Commentaire »

 

ptitsreporters |
moiosu |
SpotReport44 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Twist à Saint-Brieuc
| L'envers du décor
| meteojerem